Introspection

Nourrir le besoin de reconnaissance

Le besoin de reconnaissance est chez chacun d’entre nous, que l’on soit enfant ou adulte.

J’aborderai ici ses spécificités et comment il peut être nourri chez toi et chez ton enfant.

Cet article entre dans le cadre de l’événement inter-blogueurs proposé par Nicolas du blog Développer Sa Confiance. Il propose un test à réaliser en ligne pour connaître son profil MBTI, qui est la voie de progression qu’il a trouvé pour lui. Un ami m’avait présenté cet outil il y a une dizaine d’années. Je l’avais trouvé intéressant et complémentaire (mais je ne l’ai pas assez approfondi pour en parler) de celui que je propose de réaliser dans mon bonus pour trouver son type ennéagramme.

Besoin Humain Fondamental

Les besoins humains fondamentaux ont été énoncés par Abraham Maslow.

Ils l’ont aussi été par Marshall Rosenberg (père de la Communication Non Violente), Manfred Max-Neef, Virginia Henderson, Thomas d’Ansembourg.

Le besoin de reconnaissance est l’un d’eux. On pourrait le classer dans les besoins de relation. On pourrait préciser ce besoin de reconnaissance par le fait d’avoir un « reflet », un « écho ». Je le diffère donc de la reconnaissance que l’on a envers quelqu’un qui s’apparenterait plutôt à de la gratitude. Quand on s’exprime à un bébé, qu’on lui répond, qu’on s’accorde sur ses mimiques, qu’on le regarde, on fait un écho, et c’est une manière de le reconnaître. Certaines expériences, notamment dans des orphelinats au temps de Ceausescu en Roumanie, ont montré que les enfants dépérissaient lorsque les adultes se contentaient des soins primaires sans leur parler ni les regarder.

La reconnaissance, une base identitaire

La reconnaissance juridique des géniteurs de l’enfant permet d’ancrer l’identité terrestre de celui-ci. Cela est une évidence et pourtant, cela me paraît important de le souligner. Un individu n’ayant pas été reconnu par l’un ou les 2 géniteurs peut souffrir d’un manque de reconnaissance durant toute sa vie (ou bosser sur lui et sortir de cette souffrance bien-sûr).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  12 peurs sur la grossesse, l'accouchement et l'arrivée de bébé

L’identité juridique n’est pas la seule possible pour nourrir ce besoin de reconnaissance (d’ailleurs, l’est-elle dans certains pays? La part culturelle à cette pratique pourrait être questionnable!). Être reconnu pour qui nous sommes va encore plus loin. Cela passe par la reconnaissance de la spécificité de son être, ses émotions, et son âme (même si l’on n’y a pas toujours accès, le savoir est déjà une bonne base). Nier ou oublier certains de ces aspects peut entraîner une impression de manque de reconnaissance chez l’individu.

La CLÉ est donc de se reconnaître soi-même en tant qu’adulte, dans son identité terrestre et en tant qu’être spirituel, et de reconnaître son enfant sur ces mêmes plans !

se reconnaître à travers son image

Reconnaissance de l’Être et du Faire

Mettre du soin et de l’attention à l’Être et au Faire est important. Même si chaque notion est différente.

Être reconnu dans son Être

Un enfant à qui l’on reconnaît le droit d’exprimer ses différences et donc sa singularité (par son avis, son style, ses goûts etc) se sentira reconnu. Il sera aussi plus à même d’accepter les différences des autres et de vivre l’échange d’idées. Dans les familles où la moindre discussion dégénère en conflit (comme la mienne enfant), il y a généralement un manque de reconnaissance des différences de chacun. J’en parle également dans mon article sur les 3 postures pour communiquer avec les autres (dont nos enfants).
Nos différences sont le fruit de notre personnalité, qui elle, est le reflet de notre Être.

Être reconnu dans ses actions

Ici, il s’agit du « faire ». Toute personne, qu’il soit jeune ou âgée, a besoin d’un écho sur ses actions. Est-ce que ce que je fais est bien ce qui est attendu ? Est-ce que cela contribue ? Suis-je vu dans ce que je suis en train de faire ? Est-ce que ma figure d’attachement a de l’attention pour mes apprentissages et les exploits que j’accomplis ?

Évidemment, plus l’enfant reçoit de l’attention dès nourrisson, plus il se sentira reconnu. Cela ne passe pas par des « bravo !» exagérés, mais tout simplement par une attention bienveillante et tranquille, des regards et une présence.

Piège : confondre l’Être et le Faire

Si les deux sont importants, il est pour autant important que l’enfant sente qu’il est aimé au delà de ses actions (qu’il ramène de bonnes notes ou se comporte comme attendu), c’est à dire pour ce qu’il est (peu importe ce qu’il fait). Ça fait penser à de l’amour inconditionnel n’est-ce pas ?!

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  1er écueil de la CNV : croire qu'avoir une opinion, c’est être jugeant

Spécificité du besoin de reconnaissance chez le type 3 dans l’Ennéagramme

énnéagramme
figure de l’énnéagramme

L’Ennéagramme est un outil de connaissance de soi qui spécifie 9 types de personnalités différentes. C’est un outil à cheval entre la psychologie et la spiritualité qui se situe dans la catégorie « psychologie transpersonnelle », qui admet l’existence de l’âme. Les types sont reliés les uns aux autres et ont donc une dynamique spécifique.

Une personne avec une personnalité de type 3 dans l’Ennéagramme est plus concernée par le besoin de reconnaissance. Elle a généralement grandi avec la sensation intime d’avoir été aimée pour ce qu’elle faisait et non pour ce qu’elle était. Ainsi, elle confond bien souvent les deux.

Le comportement automatique est donc de faire pour être aimé en se comportant comme attendu. Ce sont des personnes caméléons qui ont tendance à être compétitives (dans leur domaine spécifique) et mettent la « réussite » au centre de leur vie. Celle-ci est souvent liée au statut social et économique. Alors, il est évident qu’un minimum d’adaptation est toujours le bienvenu chez tout le monde. Mais chez le type 3, c’est compulsif. Cela peut être d’être le partenaire idéal, le thérapeute parfait, la maman qui gère grave, l’employé modèle…

La voie de progression pour les personnes étant dans ce fonctionnement est de se reconnecter à leurs émotions et leurs envies, à leur être profond, à lâcher le « besoin » de plaire et d’être reconnu pour ce qu’elles font par l’extérieur pour se sentir aimées.

J’ai écrit un article plus spécifique sur l’Ennéagramme. Et mon bonus en téléchargement gratuit te permet de faire un test pour te donner une idée de ton type. En fonction de cela, tu verras également quel est ton style parental, quelles réactions récurrentes tu as, et des astuces pour les atténuer et t’accompagner dans la parentalité positive en fonction de ta personnalité.

Si tu as des enfants, tu peux mettre plus de conscience sur l’amour que tu as pour eux en distinguant Être et Faire, observer si tu reproduis ton fonctionnement personnel de type 3 ou pas.

Spécificité du besoin de reconnaissance chez le Projecteur dans le Design Humain

schéma de design humain projecteur

Le besoin de reconnaissance se trouve également accru chez les types Projecteurs dans le Design Humain.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Design Humain et parentalité

Si tu ne sais absolument pas de quoi il s’agit, c’est aussi un outil de connaissance de soi ! Le design humain est un système complexe de décodage énergétique basé sur les coordonnées de naissance d’un individu. Il nous permet d’accéder à des informations sur notre source d’énergie et la manière dont elle circule entre nous et ce qui nous entoure. Tu peux consulter mon article détaillé à ce sujet.

Pour un Projecteur, sa stratégie pour atteindre le succès est d’être invité et reconnu avant de passer à l’action.

S’il prend trop les devants en initiant par exemple, son projet risque de capoter.

Si tu es projecteur, je te conseille vivement le ebook d’une analyste en Design Humain Mary Tyson, qui se trouve sur sa page. Si tu souhaites l’acheter, sache que tu peux bénéficier de 10% avec le code BASTIENNE. Si tu es autre chose que projecteur les autres ebooks existent également.

Si ton enfant est projecteur, encore plus que les autres, il aura besoin d’être reconnu pour qui il est, et que tu ne lui mentes pas, car le projecteur scanne les autres et il te captera. Pour exemple, Mary Tyson expliquait dans une de ses vidéos qu’enfant, elle avait une amie de type projecteur chez qui elle avait un jour été invitée. La mère de celle-ci avait regardé en minimisant et avec un brin de condescendance leurs œuvres artistiques faite pendant l’après-midi, ce qui était resté gravé chez cette personne aujourd’hui adulte.

Si tu le souhaites, dis moi en commentaire comment vit ce besoin en toi !

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)

9 commentaires

  • Aline - Design humain

    Merci pour ton article, c’est chouette que tu relies ce besoin de reconnaissance à différents outils de connaissance de soi 🙂 Je connais surtout le Design humain, et étant Projecteur moi-même, c’est quelque chose d’effectivement très important pour l’épanouissement des enfants de ce type. Cela peut souvent passer pour un besoin un peu narcissique aux yeux des autres quand on dit « besoin d’être reconnu », mais cela n’a rien à voir avec le fait de gonfler notre ego 😀 D’ailleurs, je pense que nous avons tous besoin de reconnaissance, mais d’une manière chacun différente. Les enfants manifesteurs auront par exemple besoin qu’on reconnaisse leur nature libre et indépendante, sans entraver cette énergie qui fait parfois peur aux autres : pas facile en tant que parent de respecter cela…

  • Anne Prudent

    Bravo ! Excellent ton article ! J’adore !
    Pour ma part, le besoin de reconnaissance a été longtemps difficile à gérer. Mes parents n’étaient pas très expensifs en matière de l’expression de l’amour et des sentiments. Du coup, je fais super attention à ne pas faire vivre la même chose à mes propres enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :