photographier accouchement
Périnatalité

Photographier son accouchement !?

Photographier son accouchement est une idée qui pourrait sembler farfelue, en tout cas, elle n’est pas très courante, contrairement aux photos enceinte et celles avec bébé.

On pourrait aussi choisir de prendre son iphone pour faire ça « maison » 🙂 J’ai choisi l’option « photographe professionnelle » et je t’en parle dans cet article.

Pourquoi une telle idée ?

Un jour pendant ma 2e grossesse, alors que je farfouillais sur internet, je tombai sur des photographies d’accouchement.

Je ne me rappelle pas en avoir vu avant. Et là, ce fut une révélation ! J’ai eu des frissons et une joie profonde, et je me suis dit « ah mais oui, voilà ce que je veux faire pour cet accouchement !! »

Voilà ! C’est comme ça, ça ne s’explique pas ! C’est la joie qui me guida

De manière plus rationnelle, j’avais peu de « belles » photographies de moi pendant cette deuxième grossesse, contrairement à la première. Et je souhaitais avoir un autre angle de vue pour mes souvenirs photographiques.

On peut voir sur le site du Démotivateur des photos de naissance magnifiques 😍 ! Voici d’ailleurs ce qui est dit : La photographie de naissance est une forme d’art incroyablement intime et puissante mais assez méconnue. Pour honorer ce travail et les familles qui choisissent de documenter et de partager ces moments vulnérables, l’Association internationale des photographes professionnels de naissance (IAPBP) organise un concours annuel de photos et à chaque édition les clichés lauréats sont extraordinaires.

Mention Honorable
alexandra kayy photography/International Association of Professional Birth Photographers

Et sur le site de l’Express, on y retrouve également des photos incroyables de naissance où l’on voit un bébé sortir par les pieds(!!) et des jumeaux dans une baignoire dont un qui est coiffé (encore entouré de sa poche amniotique).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Bienfaits de l'acupuncture enceinte

Personnellement, quand je vois ces clichés, en plus de m’émouvoir fortement, cela me donne de la confiance en ma puissance de femme procréatrice. En plus, cela permet de voir que l’on peut vivre des enfantements très variés et donc que « tout est possible !! ».

Trouver LA photographe

Malgré quelques recherches sur internet, je ne trouvai absolument rien.

Quelques jours plus tard, je voyais ma sage-femme, et je lui posai la question si par hasard elle connaissait une photographe qui pouvait répondre à mon envie.

Elle me parla d’une maman qui avait donné naissance avec elle, au même endroit que moi, à la maison de naissance Doumaïa (dans le Tarn en France) et qui s’était reconvertie photographe. Elle est spécialisée dans les photographies de femmes enceintes et des familles (une fois bébé là). J’ai osé lui demander si elle se sentirait de faire ça pour moi. Ce qu’elle accepta. C’était une première pour elle.

On a eu besoin de s’appeler quelques fois, de se voir une fois. Honnêtement, et je l’avais prévenu avant : « je ne sais pas comment je réagirai le jour J, vais-je encore le vouloir ? Peut-être que ce sera trop ? Que je te demanderai de sortir ? Que je ne serai pas très polie avec toi ? ! … » On a chacune posé les choses pour se sentir à l’aise.

Puis elle vint sur mon lieu d’accouchement, en plein milieu de la nuit, dans la même chambre où elle avait donné naissance à son petit.

Photographier l’accouchement, et l’intimité ?

Lors de cette naissance, il y avait mon compagnon, ma sage-femme, une sage-femme stagiaire, mon amie d’enfance, et la photographe ! Ce qui paraît beaucoup, n’est-ce pas ?

En même temps, parfois je me retrouvais seulement avec mon compagnon et/ou mon amie, et la photographe. Et puis, je préfère que ce soit ces personnes plutôt qu’un gynéco-obstétricien, 3 infirmières différentes, etc.

A part au début où l’on discutait un peu, on a fini par baisser les lumières et je suis ensuite plus rentrée dans ma bulle. C’est le challenge des photographes pour les accouchements « physiologiques » où l’on s’autorise à baisser les lumières. Bon, pour le coup, ce n’était pas mon problème !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  12 peurs sur la grossesse, l'accouchement et l'arrivée de bébé

Ma sage-femme me dira plus tard : « J’ai appris grâce à ton accouchement que l’on peut vivre un accouchement avec du monde ET de l’intimité. »

Après, je pense que tout dépend de la femme, du couple, de cette naissance particulière avec ce contexte de vie, qui jouent dans une telle décision.

Photographier son accouchement et le montrer, pour quoi faire ?

Je me suis vraiment posée la question en diffusant les photos dans un de mes premiers articles qui présente mon défi d’interviewer 21 femmes sur leur cheminement vers l’accouchement naturel. J’étais fière mais j’avais peur, peur de me montrer dans tant d’intimité, je me demandais quelle était la bonne limite. La question peut se poser pour une diffusion publique, mais plus généralement, tu peux être confrontée à ce questionnement pour faire le choix ou non de montrer les photographies à tes proches, et si oui, quels clichés.

En réalité, ce que j’en conclus, c’est que ce n’est pas pour montrer ma petite personne. Il s’agit de montrer ce qui ne se voit jamais (car c’est intime oui!) et qui mériterait à être mis en avant. Car un accouchement, c’est montrer un passage de la vie, la naissance d’un bébé et la naissance d’une mère, c’est montrer la puissance de la femme dans sa capacité à enfanter, c’est montrer aussi l’environnement de la femme qui accouche et potentiellement des violences obstétricales, qui elles, sont généralement bien à l’abri des regards.

C’est s’intéresser un peu plus à ce moment de la vie, souvent oublié et coincé au milieu de la phase femme enceinte et celle du nouveau-né.

C’est montrer aussi potentiellement ce moment dans sa plus profonde tristesse quand il y a deuil périnatal. Il existe d’ailleurs une association spécialisée dans la photographie de mort périnatale « Souvenange » dont je parle dans mon article sur les paranges.

Que ces photos soient montrées ou pas, elles participent à créer des souvenirs et à immortaliser ce moment si spécial.

Comment trouver un.e photographe ?

Bien que j’aie trouvé « par hasard » une photographe pour mon 2e accouchement, j’ai découvert le collectif CARMIN, créé en février 2021 spécialisé dans les photographies d’accouchement. On peut y trouver un annuaire de photographes en France. CARMIN signifie Collectif des photographes d’Accouchement pour la promotion du Reportage sur le devenir Mère et les Images de la Naissance.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Podcast n°5, témoignage de Magali, cheminement intérieur grâce à ses accouchements

Je pense que c’est une démarche qui mérite à être connue et reconnue, ne serait-ce que pour avoir l’idée que ça existe, pour pouvoir savoir si on en a envie pour soi !

Les photographes peuvent se déplacer en maternité, si celles-ci les y autorisent. Pas forcément évident en période de covid, étant donné que même les pères ont été écartés des chambres de naissance… Mais ça tend à se relâcher.

Évidemment, pour les maisons de naissance et les accouchements à domicile (AAD), la démarche photographique est plus facile. Les photographes appliquent généralement un forfait (de la rencontre à l’envoi des photos retouchées, en passant par l’astreinte autour de la DPA (date présumée d’accouchement)).

Galerie photo de mon 2e accouchement

Et toi, est-ce que l’expérience de photographier ton accouchement t’attire ? ou absolument pas ? Tu es la bienvenue pour le dire en commentaire en bas de l’article.

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)

7 commentaires

  • Aline

    Hello Bastienne! alors là, je n’aurais jamais imaginé possible de faire photographier son accouchement. J’avoue que ça ne me serait même pas venu à l’idée. Et je pense que ton article donnera certainement l’envie à de nombreux couples qui ont la même démarche et motivation que toi. Personnellement, j’ai accouché par césarienne et j’ai regretté après coup de n’avoir aucune photo de mon accouchement. Je ne souhaiterai pas pour autant faire appel à un photographe pour immortaliser ce moment là. Mais j’aurai aimé que quelqu’unpuisse en faire une ou l’autre pour avoir un souvenir de ces premiers instants. Merci pour ton article inspirant.

  • Sietske

    Oh j’aurais adoré avoir des photos de mes deux accouchements! Mais je n’y ai carrément pas pensé! Et je ne sais pas si j’aurais été à l’aise avec un.e inconnu.e qui me prend en photo, et en même je me dis que je ne l’aurais sûrement même pas calculée…

  • harmonie des corps

    La photographie que je pratique depuis de longue année permet de garder des souvenirs de moments forts. La mise au monde en étant une, pourquoi ne pas avoir ce genre de reportage photo pour immortaliser ce moment pour les parents, mais aussi pourquoi pas pour l’enfant lui-même.

    • Bastienne

      carrément ! j’ai montré à mon fils de 2 ans celles de sa naissance, et je vois qu’il commence à « capter ». Je trouve aussi que c’est un excellent souvenir pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :