Emotions,  Introspection

Oser faire face à sa violence éducative ordinaire

Cela se passe en 2010, je suis en pleine formation de Médiation avec la Communication Non Violente (CNV).
Une formation de 8 sessions sur 1 an et demi, d’une intensité émotionnelle, intellectuelle et relationnelle hors du commun.
Un soir, une participante du stage nous montre un documentaire sur la violence éducative ordinaire (VEO).
Mon cœur bat plus fort, des larmes coulent, je suis touchée.
Des mots sont enfin mis sur un phénomène tellement répandu, sur mon vécu, et sur celui de bien d’autres. J’ose voir en face ma violence éducative reçue.

Qu’est-ce que la violence éducative ordinaire ?

La violence éducative ordinaire implique de la violence (verbale, physique, sexuelle, qui génère une souffrance) dans un but éducatif (transmission, apprentissage, tradition, de façon consciente ou non) qui a un impact sur le développement de l’enfant et sur son devenir d’adulte, ordinaire, car très couramment utilisée et admise dans la société.

Ou encore pour résumer : La violence éducative ordinaire est une maltraitance non encore perçue comme telle par les élites du pays considéré. Par exemple, ce qui est de l’ordre des violences éducatives ordinaires en France, correspond pour les suédois à de la maltraitance.

Le site internet de l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire fait un panel bien plus large de ce qu’elle peut recouvrir.

Le 11 juillet 2019, la France a interdit les violences éducatives ordinaires, (même si l’encadrement juridique semble assez flou).
40 ans après la Suède, la France peine à s’y mettre.
Assez souvent rapportée comme loi “anti-fessée”, elle recouvre un plus large éventail de comportements des adultes vis à vis des enfants.

Les différents visages de la violence éducative ordinaire

Violence YANG du tigre

violence du tigre


Je reprends ici les propos d’une vidéo d’Olivier Clerc sur la violence arachnéenne qui fait suite à son livre Le tigre et l’araignée, les 2 visages de la violence, que je souhaite étendre aux violences éducatives, qu’elles soient ordinaires ou pas.
Beaucoup de cette violence a un caractère visible. C’est une violence symbolisée par le tigre. Elle se voit bien, est bruyante, démonstrative, soudaine.

Elle est souvent combattue dans notre société, elle est l’ennemi à « abattre ».
C’est le professeur qui se fait égorger, les avions qui percutent le WTC… et la lutte contre le terrorisme qui s’en suit.
On y trouve aussi les insultes, les bombes, les coups de klaxon, les coups de fusil.

Le tigre version Violence Éducative Ordinaire

Coups en tous genres, viols de type faits divers (visibles), isolement long et répété, douche froide, punition par mise à nu de l’enfant, négligence et privation (de soin, d’affection, de nourriture ; absence), insultes, surnoms humiliants, fesser, gifler, donner une tape sur la main, le bousculer, le pousser, tirer les oreilles, les cheveux, le secouer, tenir les joues, mordre, pincer, faire peur (faire les gros yeux, hausser le ton, crier…), mettre au coin etc.

Comme toute chose polarisée dans ce monde, explique Olivier Clerc, la violence a son double. Elle n’est pas un phénomène unique.

Si le phénomène visible des bombes et des égorgements survient, je me dis qu’il y a forcément eu de nombreuses autres violences pour que la situation dégénère à ce point.

Combattre de front la violence démonstrative du tigre entraîne un glissement vers la violence perverse de l’araignée, et inversement.

Violence YIN de l’araignée

violence de l'araignée

Peut-être que tu fais partie des personnes qui aiment bien ces insectes. Pourtant, beaucoup ne les aiment pas, et quelques uns en ont la phobie. Cela paraît étonnant vu que ces spécimens vivent rarement dans les pays occidentaux. Mais l’araignée représente bel et bien quelque chose qui nous dérange.

Il est intéressant de voir comment elle fonctionne : elle tisse une toile, invisible ou presque, petit à petit. Lorsqu’une mouche s’y coince dedans, elle ne la tue pas immédiatement mais elle lui inocule du venin qui va la tuer à petit feu.

A l’inverse de la violence du tigre, cette violence est cachée, invisible, insidieuse, froide, calculée, lente, progressive, répétée.

Pour Olivier Clerc, il s’agit du mensonge, de la manipulation, de la calomnie, de la rumeur, du harcèlement (et cyber harcèlement), de jouer sur l’affect, et l’isolement des liens sociaux.

Dans la société, et ça, c’est moi qui le dis, cela pourrait ressembler à ceci : dire aux gens qu’un virus va tous nous tuer, nous répéter des mois durant ce message, nous isoler les uns des autres, diffamer les personnes qui portent un message inverse et plus positif, amener petit à petit à la normalité le port du masque, la vaccination, la fermeture des commerces…mettre des amendes (et hop, un fil de plus) à ceux qui bougent encore une aile…

ligoté.e comme dans une toile d'araignée

Quand la violence éducative ordinaire se comporte comme l’araignée

« Depuis que la loi est passée, je ne gifle plus mon enfant »… Mais que fais-tu à la place ?

Si la violence du tigre se transforme en violence arachnéenne, ce n’est pas mieux.
Attouchements sexuels et viols, les tapes « douces» et répétées, passer d’une attitude chaleureuse à froide dès que l’enfant se comporte pas de la manière attendue (=retirer son amour), lui exiger de faire des choses sans être honnête sur nos réelles intentions, le chantage, la menace, donner des récompenses, le mensonge, ne pas respecter son intimité, jeter ou menacer de jeter les jouets de l’enfant sans son accord ou sous prétexte qu’ils ne sont pas rangés, critiquer ses amis ou ses goûts devant lui, le réveiller brusquement avec une lumière vive, du bruit ou des chatouilles etc.

Je dirais en fait que les violences du tigre et de l’araignée se retrouvent autant dans des actes de maltraitance flagrants que dans des actes dits de violence éducative ordinaire. La frontière entre les deux est fine.

Et au lieu d’en supprimer une pour passer à l’autre, cherchons la voie pour arrêter la violence.

Alors, que faire ?

Oser voir la blessure de l’enfant que tu as été

Si l’on cherche à la combattre de front, on risque de retomber dans la violence du tigre.

En tant qu’adulte et parent, nous pouvons mettre de la conscience sur notre propre violence avec ses 2 visages, celle reçue et celle que l’on fait subir.

petite Bastienne

Nous avons tous et toutes été un.e enfant qui aurait parfois apprécié être mieux traité et qui a encore parfois besoin que l’on prenne soin de lui. Celui-ci est tapis au fond de nous et ne demande qu’à être vu et reconnu dans son expérience, sa sensibilité, ses blessures. En te connectant à ta vulnérabilité et ta sensibilité, tu seras ensuite plus en mesure de voir la violence que tu fais subir à ton enfant.

Tu peux également t’aider d’un listing complet issu d’un travail de groupe sur le site Enfances Epanouies qui recense l’ensemble des violences envers les enfants. De même, je t’invite à découvrir les ouvrages de Cristine Schuhl qui parlent des « douces violences ».
Ce sont des comportements en apparence anodins, mais qui, répétés, peuvent être délétères pour l’enfant, si l’on prend le temps de voir le phénomène grâce au symbole que nous offre l’araignée.

Dire non à la violence que tu laisses encore entrer chez toi

Il est temps pour la mouche de se dégager de sa toile ou pour le poisson de se faufiler bien vite face au tigre, et de ne plus cautionner des comportements violents de la part des autres.

Un père, une collègue, un compagnon, des voisins, un inconnu, un représentant de l’Etat ou qui que ce soit d’autre, …personne n’a à nous insulter, nous amoindrir, nous menacer, et même (encore moins) sous couvert de l’amour.

C’est d’abord un positionnement intérieur avant que cela puisse se manifester dans l’action. Dire “ça, c’est NON”.

D’ailleurs, pendant l’écriture de cet article et mon processus personnel de coupe de certains fils invisibles, mon fils de 5 ans et demi me dit « maman, regarde ce que j’ai fait avec les Lego : un piège pour les araignées que les mouches ont fabriqué, et si elles arrivent à s’échapper, là y’a des pinces pour les tuer ».

Apprendre à faire autrement

Et enfin, apprenons à faire autrement. Tu peux lire cet article pour démarrer un autre type de parentalité.
Et je t’invite à prendre soin de ta culpabilité dès qu’elle survient, n’oublie pas que tu peux être doux et douce avec toi, et surtout quand tu fais des erreurs. L’objectif étant d’être un meilleur parent et pas d’être parfait ni de “fabriquer des enfants sages”.
Je suis certaine que tous les types de violences dans l’ensemble de la société diminueront si chaque individu s’occupe des siennes (celles subies, celles actées).

Ce que je souhaite exprimer

Un enfant n’est pas une chose, une marchandise.
Un enfant n’est pas un bout de chair, un support à pulsions.
Un enfant n’est pas de la nourriture affective et physique.
Un enfant n’est pas un chien que l’on dresse.
Un enfant n’est pas un psy, un déversoir, un défouloir.
Un enfant n’est pas notre parent.
Un enfant ne nous doit rien. Il est.
Un enfant est sacré ; c’est à dire, qu’il est digne d’un respect absolu.

Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ce sont les fils et les filles du désir de Vie.
Ils arrivent à travers vous mais non de vous. Et quoiqu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour mais non vos pensées. Car ils ont leurs pensées propres.
Vous pouvez abriter leurs corps, mais non leurs âmes. Car leurs âmes habitent la demeure de demain que vous ne pouvez visiter même dans vos rêves.
Vous pouvez tenter d’être comme eux, mais n’essayez pas de les rendre comme vous.
Car la vie ne s’en retourne pas en arrière ni ne s’attarde avec hier.

Extrait sur les enfants – Le ProphèteKhalil Gibran

Tu peux, si tu le souhaites, noter en commentaire ce qui t’inspire de ce message, ou la VEO que tu as reçu, ou celle que tu reproduis parfois et aimerais éviter de reproduire.


[1] Traducteur du livre Les 4 accords toltèques, et auteur de nombreux livres : Le don du pardon , Mettre de l’ordre en soi, La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, Tu es comme tu es (livre pour enfants) etc.

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.