Périnatalité,  Soin

Vaccins versus Vie

Mon intention, à travers cet article est de donner des informations suscitant suffisamment de questionnements selon mes propres critères, afin de contribuer à faire un choix éclairé concernant la vaccination.

Il vient aussi de ma profonde tristesse de voir de plus en plus de femmes et d’enfants subir les effets indésirables et/ou graves (voire la mort) suite à la prise de substances pour certaines en cours de test. Je suis clairement dans une démarche de protection de la vie.
Les informations données ici sont plutôt factuelles et brèves. Elles concernent les vaccins anti papillomavirus (lutte contre le cancer du col de l’utérus) et anti coronavirus. J’ai choisi de faire le parallèle entre les deux du fait de leurs effets secondaires communs importants, entre autres sur la fécondité.
Tu es invité.e à approfondir les sources données si ce sujet t’interpelle.

Vaccin Gardasil

L’ensemble des informations ci-dessous proviennent du magazine Nexus n°118 (sept-oct 2018) que j’ai soit citées soit résumées avec mes mots. Je t’invite à te le procurer si tu souhaites lire l’article complet.

Je recommande chaudement ce magazine d’informations indépendantes que l’on trouve en kiosque ou par abonnement. Son indépendance a le mérite de donner une information poussée et contradictoire avec l’information acceptée par les grands médias dictée par les entreprises, elles-mêmes orientant les politiques.

Le vaccin Gardasil a été ajouté au calendrier vaccinal en 2016. Il est censé protéger contre le cancer du col de l’utérus en s’attaquant aux papillomavirus.

Il ressort que l’utilité du vaccin est loin d’être démontrée.

Dans les pays où le « taux de vaccination a été optimal », l’incidence du cancer du col a augmenté. Contrairement à la France où la couverture vaccinale était alors très faible et où les cancers du col ont diminué.

Gardasil 9

Sur le site de la sécurité sociale est indiqué que le Haut Conseil de la santé publique recommande que toute nouvelle vaccination soit initiée avec le vaccin nonavalent Gardasil 9®. Ce vaccin à « 9 types de protéines papillomavirus » a été mis au point suite à la constatation que le Gardasil stimulait la prolifération d’autres souches de papillomavirus potentiellement plus virulentes.

Ce vaccin a été approuvé par la FDA (food and drug administration) fin 2014 sans aucune consultation préalable du comité chargé des évaluations des vaccins, au motif que « les données fournies par le fabricant n’étaient pas de nature à susciter des préoccupations ».

Enfin, le Gardasil 9 contient 2 fois plus d’aluminium et d’antigènes que l’ancien Gardasil.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Photographier son accouchement !?

Effets secondaires graves

Le fabricant dénombrait un nombre élevé d’événements indésirables graves : décès, hospitalisations, paralysies, épilepsies, maladies auto-immunes, syndrôme de Guillain-Barré.

Le premier rapport de suivi indiquait que sur 100 000 vaccinations, il y avait 2300 effets secondaires graves, pour seulement 8 cas sur 100 000 de cancer du col, dont à peine 5 sont supposés être évités par la vaccination.

Au vu de ces données et de la pression des associations de jeunes filles victimes du vaccin, le Japon et l’Autriche ont cessé de recommander ces vaccins.

Voici Sanevax.org, un site internet qui relaie au niveau international les informations des effets secondaires du vaccin Gardasil.

Dans la vidéo du conseil scientifique indépendant (CSI) du 14 octobre 2021, la chercheuse Emmanuelle Darbes, montre que ce vaccin recense le plus d’effets indésirables entre 1990 et 2020 en analysant les chiffres de la VAERS (pharmacovigilance américaine).

Tu peux trouver d’autres sources d’informations sur le site InfoVaccinsFrance.org à ce sujet.

Effets sur la fécondité

Quand une grossesse ne peut démarrer ou s’arrête avant le terme (par choix ou subie, que le bébé naisse vivant ou mort), il y a un message fort pour l’individu qui vit cette épreuve.

Avant d’explorer les causes psychologiques et génétiques de la stérilité et des fausses couches, il me semble primordial d’aller voir les substances que l’on accepte de mettre dans notre corps et qui peuvent, elles, avoir des conséquences dramatiques.

Pour les femmes enceintes, il est recensé que 10% d’entre elles ont perdu leur enfant à la naissance ou lors d’une fausse couche. Le chiffre passe à 27% lors d’une vaccination Gardasil dans les trente premiers jours de la grossesse et l’on a fait état de plusieurs malformations.

Aux Etats-Unis, le taux de natalité a diminué de manière drastique de 11% suite à l’introduction du vaccin HPV, alors qu’il avait augmenté de 8% durant la décennie précédente.

Sur 8 millions de femmes entre 25 et 29 ans, 60% des non-vaccinées ont démarré au moins une grossesse, pour seulement 35% chez celles ayant reçu le vaccin.

Références littéraires sur l’industrie médicale

Il s’agit bien d’une industrie, donc qui doit être rentable d’abord.

Je reprends les révélations dites par Bernard Dalbergue, ancien superviseur médical chez Merck, dans son livre Omerta dans les labos pharmaceutiques : « Tout le monde sait qu’il ne sert à rien (le vaccin Gardasil) et il y a de très nombreux cas d’effets indésirables qui détruisent des vies, voire tuent. »

Voici un autre livre, celui d’une grande dame qui a pris le parti de la souveraineté. Ancienne médecin qui a exercé pendant 20 ans, Guylaine Lanctôt a écrit La mafia médicale.

Vaccin Covid19

Je reprends ici l’interview de Denis Agret, dans le NEXUS n°136, médecin qui a travaillé au DIM (département d’information médicale) qui lui permet d’avoir un regard critique sur les données publiées chaque jour.

Il a un site internet qui s’appelle Adoptetapolitiquesanitaire.fr

J’ai été touchée par son témoignage qui est exactement dans mes valeurs : protéger la vie avant tout.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Lait maternel ou lait maternisé ?

Et là, on est en droit de douter des intentions des gouvernants. Il est inconcevable que des personnes censées nous protéger puissent nous faire du tort…de la même manière qu’il est inconcevable pour un enfant que son parent soit maltraitant. Pourtant, la maltraitance existe ! Donc il est temps d’ouvrir les yeux sur la maltraitance institutionnelle. Tu peux d’ailleurs voir à ce propos mon article qui fait le parallèle entre l’éducation traditionnelle et les directives d’Etat.

Effets indésirables graves, dont myocardites et cécités

Au 22 juin 2021, l’ANSM (l’agence nationale de sécurité du médicament) dénombrait 818 décès à la suite de vaccinations toutes marques confondues (Pfizer en tête avec 633 décès).

L’ANSM recensait également 11327 effets indésirables graves (dont AVC, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, myocardite, trouble du rythme cardiaque, hémorragie, hépatite aiguë fulminante, embolie, hémorragie, thrombose veineuse profonde, convulsion généralisée , paralysie faciale, syndrome de détresse respiratoire aiguë, choc anaphylactique avec ou sans coma). Ces chiffres datent d’avril 2021 (sources plus précises dans le Nexus).

Dans la vidéo du Conseil Scientifique Indépendant, Emmanuelle Darles analyse quelques pathologies chez les 12-17 ans, toujours issues de la VAERS (données provenant des Etats-Unis).

Il y a eu 16 myocardites en 30 ans entre 1990 et 2020, et 444 rien qu’en 2021 (88% de garçons et 11% de filles) survenues entre 4 et 7 jours après la vaccination et donc susceptibles d’avoir été causés par le vaccin covid19.

Il y a eu 121 cécités déclarées entre 1990 et 2020 et 91 cécités en 2021 (équivalent chez les filles et les garçons). 63% ont été déclarés le jour même de la vaccination.

L’image est une capture d’écran de la vidéo du CSI qui concerne encore les Etats-Unis. Les colonnes bleues correspondent aux données de la VAERS sur 30 ans, en orange, il s’agit de l’année 2021 seule. Le tableau de droite représente le cumul de thromboses déclarées susceptibles d’être dues aux vaccins, celui de gauche représente le cumul des arrêts cardiaques toujours supposés imputables aux vaccins.
La tranche d’âge 18-39 ans n’a donc rien à envier aux autres.

Maintenant, le projet est de vacciner les tranches d’âge plus jeunes: Moderna vise pour l’automne 2021 l’obtention des données autorisant la vaccination des enfants de 6 mois à 11 ans. Pfizer et BioNtech annoncent que leur vaccin est « sûr » pour les 5-11 ans après seulement cinq mois d’étude clinique.

Conséquences sur la menstruation

J’ajoute un paragraphe mi-avril 2022, en ce qui concerne les effets indésirables recensés chez les femmes. Et ils sont de plus en plus nombreux! Absence de règles, règles en continu, cycles irréguliers, douleurs prémenstruelles importantes…jusqu’à l’ablation de l’utérus pour l’une d’entre elles, sans quoi ses douleurs ne passaient pas. Voici un article de Nexus qui traite de ces effets.

Le mouvement @oùestmoncycle permet aux femmes de témoigner et d’avoir un espace dans lequel elles sont entendues.

Conséquences sur les femmes enceintes et leur fœtus

Le 3e rapport de l’ANSM indique que 28 femmes enceintes vaccinées par Pfizer ont subi des fausses couches au cours du 1er trimestre de leur grossesse. Denis Agret ajoute que ce chiffre semble être en dessous de la réalité puisqu’il est impossible de recenser réellement le chiffre exact du fait qu’aucun test de grossesse n’a été réalisé avant les vaccinations. Et certaines ont passé sous silence leur fausse couche.
Il y est fait cas d’une femme enceinte décédée suite à des thromboses dans les deux cavités cardiaques.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  3 types de sécurité pour la femme enceinte

Petite actualisation de l’article à fin décembre 2021 en regardant les données de la VAERS. Entre janvier et novembre 2021, 3365 fausses couches ont été imputées au « vaccin Covid-19 ». Des symptômes liés à la sphère reproductive ont été renseignés telles qu’hémorragies utérines ou vaginales, troubles menstruels pour les femmes et pour les hommes, douleurs et gonflement testiculaire, dysérection.

En ce qui concerne la fécondité, il est encore trop tôt pour connaître les conséquences.

Le deuil de son enfant est vraiment quelque chose que je ne souhaite à personne. Si tu fais partie des personnes ayant vécu cette expérience, je t’invite à lire mon article sur le deuil périnatal pour trouver des sources de soutien diverses.

Conclusion

Peut-être que ces chiffres vont te faire peur. Mon intention est de poser une certaine réalité pour voir certains faits en face (même si douloureux) et faire des choix adaptés.

Le but est de savoir se protéger et ne pas céder aux injonctions alors que le risque vital est en jeu.
Jusqu’à quel chiffre est-ce acceptable pour toi de jouer à la roulette russe ?

Je suis grandement inquiète quand je vois qu’à l’heure où j’écris cet article, une obligation vaccinale est en cours dans de nombreux pays alors que ces substances sont encore en phase de tests. J’aimerais que les enfants et les femmes enceintes soient à l’abri de ce commerce médical, pour que la valeur VIE dépasse la valeur ARGENT dans cette société.

En pleine formation pour devenir doula et coach périnatale, voici une citation qui se trouve dans mon cours et que j’acquiesce totalement.

« Il appartient à chaque femme enceinte de bien se documenter et de faire les choix qui conviennent. » Marie-Andrée Bertin – Tout savoir sur l’éducation prénatale au bénéfice de l’enfant et du couple.

Finalement, cette citation est l’occasion de voir le cadeau caché derrière la politique vaccinale actuelle : se questionner sur la pertinence des autres vaccins également, notamment les 11 vaccins pour les bébés depuis 2018.
Je rappelle que nous ne sommes aucunement obligé.e.s de faire cet acte si nous estimons qu’il n’est pas nécessaire ni justifié parce que nous sommes des êtres souverains (ou amenés à retrouver notre souveraineté). Ce livre de Michel Dogna montre quelques modèles de lettres d’auto-défense juridique, et le site dans le lien juste ci-dessus donne quelques pistes également.

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)

7 commentaires

  • Anne Prudent

    Cette vaccination fait vraiment peur. J’ai deux filles et je ne voudrais qui leur arrive malheur. On nous dit que les cas d’incidence sont rares mais si ça tombe sur ton enfant… Et on ne sait rien des effets sur le long terme.
    Merci pour ton article si effrayant mais tellement éclairant !

  • Stéphane

    C’est tellement dur en effet de voir toutes ces obligations de vaccination apparaître en France alors qu’on entend des cas tous les jours ! Et là on apprend que des pays voisins ou lointains ont cessé ces pratiques ! Merci pour ces éclairages, la pression est tellement forte sur les parents !

  • Cécile

    Merci beaucoup pour cet article très fourni et documenté qui éclaire un sujet tellement tabou de nos jours…
    Parce que si on critique quoi que ce soit des vaccins on est vite classé « complotiste », « anti-système », et d’un autre côté tellement peu de parents sont réellement informés des dangers potentiels des vaccins. Même les médecins, qui vaccinent à tours de bras sans se poser de questions !!
    J’avais déjà entendu des choses à ce propos, mais là avec tous ces chiffres, il n’y a plus rien de subjectif, ça parle.
    Bravo pour ton courage d’avoir abordé le sujet !!

    • Bastienne

      Oui, je trouve qu’il y a une forme de tabou qui s’installe, ou peut-être que c’est un sujet tellement présent et source de désaccord entre les personnes que celles-ci souhaitent désormais éviter le sujet…?! Merci pour tes encouragements ! car en effet, je ne vais pas dans le sens du vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :