Périnatalité

La naissance de l’âme

Cet article a pour vocation d’aborder la naissance de l’âme, c’est à dire le moment où l’âme s’incarne dans son corps de chair : le foetus et le bébé.

Je crois que nous sommes au delà d’un être fait de chair et je souhaite montrer cet aspect peu abordé dans la maternité en général.

Alors enceinte de mon premier garçon, la date du terme tombait 10 jours après la date d’anniversaire de ma sœur. Nous avions alors souri en nous disant qu’il était préférable qu’il naisse en dehors de son jour d’anniversaire. Nous savons en effet que les répétitions de dates (et de prénoms) ne sont pas anodines. Ces prises de conscience et un nettoyage en nous de l’impact des évènements familiaux nous ont fait dire que la répétition de date n’était pas nécessaire. Ma sœur a parlé à l’âme en l’invitant à naître un autre jour que le sien. A 2h du matin, premières contractions, il naissait le lendemain de son anniversaire.

Pur effet du hasard ? Ou bien a t-il entendu le message ?

La naissance de l’âme vu par le livre Les 9 marches

J’avais à peine 20 ans quand je m’intéressais aux sujets ésotériques et fouinais dans le rayon des livres des éditions Aventure Secrète.

Le livre « Les 9 marches » apporte un regard spirituel sur la grossesse et la naissance. C’est un témoignage des sorties hors du corps de Daniel Meurois et Anne Givaudan, qui suivent une âme en cours d’incarnation qui leur transmet son expérience.

Je reprends des passages du livre qui m’ont paru pertinents à partager et que j’ai classés en différentes catégories :

L’incarnation de l’âme

âme

« L’enfant qui vient de paraître n’est pas un terrain si vierge que le velours de sa peau voudrait nous le suggérer. Il porte en lui ses bagages, ses craintes, ses espoirs, ses inhibitions, ses joies, tout un potentiel, toute une gamme de couleurs qu’il a plus ou moins développés depuis si longtemps, bien plus de temps que l’on ne se plaît à le croire… »

« Le fait de revenir sur cette Terre ravive en moi les scènes difficiles d’un passé que j’aurais voulu oublier, les plaies que j’ai infligées aux autres et celles que je me suis faites. Je relis des chapitres de mon propre livre et ils me sont d’autant plus douloureux que mes aspirations sont grandes. Dites-le à tous les parents afin qu’ils le sachent. L’âme qu’ils accueillent n’est pas vierge, elle est une mémoire vive ; qu’ils ne s’étonnent pas de ses pleurs. Ce sont des larmes de lucidité, elles appellent de l’amour et de la compréhension. Ce sera leur seul et unique baume. »

« Un prénom, un nom, ce n’est pas anodin. On me l’a enseigné mais maintenant je sens bien à quel point c’est vrai. C’est une sorte de musique qui va se jouer pour moi et pour ceux que je vais connaître pendant des années et des années. »

« Cette sensation d’unité que ressent souvent la mère, et hélas plus rarement la père, avec l’enfant qui s’apprête à naître ne s’explique pas seulement sur le plan viscéral ou biologique. Elle résulte d’une interpénétration des auras et plus particulièrement des auras mentales. En cet instant même, si Maman est physiquement enceinte de mon corps, je me sens psychiquement enceinte d’une partie d’elle-même…par ce qui est de mon énergie propre et qui circule en elle. C’est un équilibre à créer, puis à maintenir non seulement jusqu’à la naissance, mais encore pendant quelques années car il a des incidences sur le métabolisme de chacun ».

La conception

« Les parents se rencontrent sur les plans subtils trois mois avant la conception pour décider de cette “alliance charnelle”, une condition pour qu’il y ait une conception physique par la suite. »

« L’atome-germe est une mémoire que l’Esprit dont chacun d’entre vous est issu, a implantée puis développée dans les âmes qu’il a engendrées. »

« La mémoire cellulaire représente le fruits des données de l’atome-germe éthérique et de l’atome-germe physique. La mémoire cellulaire est la résultante des traces -plus souvent des cicatrices- que les vies ont laissées sur un moule vital et sur les cellules matérielles dont celui-ci a permis le développement. Cela vous permet de mieux comprendre le pourquoi de ce qu’on appelle parfois « réaction épidermique » et qui n’est pas nécessairement, en premier lieu, la conséquence d’une émotion mal contrôlée.» « L’atome-germe de votre corps physique a été insufflé dans le monde matériel à travers la semence de votre père. » « L’atome-germe du corps physique s’exprime pleinement et se trouve soutenu dans sa manifestation par les atomes-germes des autres corps (…). Ainsi, certaines tâches sur le corps physique sont tout simplement la retranscription de fortes blessures datant de la vie précédente. »

« La biologie à la fois matérielle et subtile qui préside à son incarnation attache l’âme d’emblée à un embryon vers les trois semaines suivant la conception. La conscience n’est pas rivée au futur fœtus à compter de cette date précise, mais elle intègre pour la première fois l’aura de sa future mère et aussi son ventre à ce moment-là. »

« Dès que le cœur d’un fœtus se met à battre, cela correspond bien à un attachement viscéral entre l’âme de celui qui vient et sa mère. »

« Ce n’est pas une mère et son enfant qui font leurs premiers pas l’un vers l’autre, mais plutôt deux consciences adultes qui se souviennent lentement de leur promesse mutuelle. »

Rôle du père

Voici ce que raconte l’âme aux auteurs du livre : « Bientôt mon futur corps va avoir besoin de son énergie masculine. Peut-être s’imagine-t-il que c’est ma mère seule qui va lui donner ce dont il a besoin. Et pourtant, c’est par son amour à lui et par sa disponibilité que ses différents corps vont polariser correctement tout le côté droit de mon corps. Si cela ne se fait pas aisément, il faudra que je me débrouille car j’aurai sans doute un peu plus de mal à m’affirmer dans certaines situations très concrètes. »

Cela corrobore mes apprentissages en formation Pratique en Epigénétique et mon propre vécu avec les difficultés qui en ont découlé : la présence du père est essentielle, et elle participe entre autres à donner confiance à l’enfant (par sa présence, sa fierté) pour s’ouvrir au monde extérieur, être dans l’action et s’affirmer. La mère s’occupe naturellement davantage d’apprendre à l’enfant l’amour, de par son propre exemple.

La pratique de l’haptonomie est ainsi recommandée pour inclure le père dans cette communication père-foetus et ancrer au quotidien cette connexion et cet amour. Il y a aussi la possibilité de vivre des séances de watsu à 2 (enfin, à 3) !

Naissance de l’âme dans le corps

Pour l’âme qui vient du ciel, la naissance est une mort.

Empédocle

« Des milliers d’êtres semblent ne pas vouloir qu’il puisse y avoir quoique ce soit avant ou après ce qu’on appelle la vie. Mais pourquoi donc ? C’est comme si cela leur faisait mal qu’il puisse exister une Vie infinie ou qu’il puisse y avoir tout simplement l’Espoir au bout de tout. Peut-être ont-ils peur de l’Infini ? Peut-être y a t-il encore une part de pénombre en eux qui craint d’être agressée par le rayon de soleil d’une porte entrouverte ?»

« A chaque fois que je prends possession de mon nouveau corps, je m’y faufile par le sommet de mon crâne, même lorsque celui-ci n’était qu’une ébauche. Ce n’est pas volontaire, cela correspond à une sorte d’aspiration automatique qui ne me laisse pas le choix. Tout se passe dans la zone précise de la fontanelle. »

« C’est d’abord une crainte de ne plus parvenir à s’habituer à des contingences lourdes…le poids d’un corps, sa limitation, l’impression d’avoir les mains liées. Puis vient la peur de tout oublier, tout ce qu’on croit avoir compris, les résolutions, les pièges qui vont nous attirer. Vous imaginez aisément la chaîne sans fin de ces questions ! »

« Certaines âmes (futurs bébés) qui évoluent trop souvent dans l’aura de tension ou d’angoisse de leurs parents en gardent de réelles cicatrices. La matière éthérique de leur foie et de leurs yeux s’en trouvera alors souvent affaiblie tout au long de leur vie. »

Naissances : cordon trop serré, prématurées, par le siège

« Chacun a ses propres raisons mais des histoires analogues à celle-ci (histoire d’une âme qui au moment de la naissance a perçu les défis trop importants qu’elle s’était donnée à vivre et hésita, elle naissa avec le cordon trop serré autour du cou) il en existe des milliers. Elles ne témoignent pas toujours d’un refus catégorique de naître mais d’une simple anxiété suivie d’une hésitation. C’est cela qui provoque les accouchements par le siège. L’âme rebrousse chemin dans une dernière crainte. Elle bégaie à sa naissance. Certains vont jusqu’à refuser de respirer…avec toutes les conséquences que l’on imagine. (…) La lumière intérieure et la chaleur des parents doivent guider un être dès les premiers temps où ils savent que celui-ci vient vers eux. L’hygiène de vie que vos médecins demandent à une mère est, me semble t-il, bien trop souvent amputée d’une hygiène de l’âme. »

« C’est ainsi que naissent les prématurés…avant même que tous les minéraux et les forces planétaires qui s’y rattachent aient eu la possibilité de parfaire pleinement leur œuvre. » « (…) elle ne fera qu’ancrer dans son inconscient un besoin de rapidité presque maladif qui en fera une perpétuelle impatiente. »

Conditions de naissance

Le passage évoque un dialogue entre la future mère qui souhaite accoucher dans l’eau, et l’âme du bébé qui exprime un souhait différent pour les bienfaits de sa propre incarnation (qui peut être différent d’autres bébés bien-sûr). Celle-ci dit :

« Il faut avant tout que tu comprennes que si l’harmonie ne domine pas en toi lorsque je viendrai, j’aurai beaucoup de mal à préserver la paix en moi-même, qu’il y ait de l’eau ou qu’il n’y en ait pas. Je veux le confort de ton âme

(…) Il y a pourtant une chose que je te demande avec plus d’insistance : ne choisis pas un lieu où l’on provoquera ou avancera ma naissance de quelques heures pour se plier à des horaires qui auront le seul mérite de faire plaisir au personnel médical. Ce ne serait pas dramatique mais mes troisième et quatrième plexus pourraient en souffrir pendant les deux ou trois premières années, rendant ainsi mon sommeil plus difficile. Toutes les substances chimiques que l’on injecte dans un corps sont dotées d’une contrepartie subtile qui agit évidemment sur les organismes de même nature vibratoire qu’eux. N’oublie pas que tout vit et que la chimie se prolonge dans le monde vital.

S’il n’y a pas de difficulté physiologique à résoudre, laisse la nature faire son travail là aussi. Elle sait quand je dois venir et pourquoi à cet instant précis plutôt qu’à un autre. »

Je t’invite à lire l’article qui concerne la naissance de mes 2 enfants et même voir quelques photos de mon 2e accouchement.

Après la naissance

L’âme en cours d’incarnation exprime ceci : « il faut cesser d’infantiliser ceux qui s’en reviennent ! Il faut s’adresser à eux avec des mots qui soient des mots et des phrases qui ressemblent à des phrases, puis avec des élans qui ne deviennent pas des tentatives d’annexion de leur personnalité de nouveau-né. »

“Je cherche seulement à suggérer le fait que nous observons et comprenons bien plus qu’il n’y paraît et qu’il ne faut pas nous contraindre à régresser en ne nous abreuvant que de gazouillis. Il faut offrir de la tendresse…sans oublier une graine d’intelligence. Nous avons soif d’amour et de lait mais nous avons soif de grandir. (…) Je prie seulement pour que mes parents et tous les parents s’adressent à leurs enfants avec des concepts et des mots simples mais qui signifient quelque chose de structuré.

Il arrive hélas très souvent que des parents étouffent le rayonnement mental de leur enfant dès les premiers temps car ils ne voient pas en celui-ci une individualité à canaliser et à respecter mais une matière à modeler qui leur appartient intégralement.”

« Voyez dans les pleurs d’un bébé le reflet de cette dualité à laquelle son âme se heurte si souvent. Si vous saviez quel étrange mélange d’engourdissement et d’hyper-lucidité vous tenez dans vos bras lorsqu’il vous appelle. Lorsqu’on a bu la lumière pendant tant de temps, comment se persuader qu’il faut à nouveau un estomac pour absorber des bouillies ? »

« Lorsque tout se brouille et que l’on se sent à la dérive, comprenez que la chaleur des lumières qui surgissent du corps de nos parents devient le point de repère exclusif et absolu, la bouée de sauvetage. »

J’ai été touchée par ces passages du livre. En effet, je me suis rendue compte à quel point les âmes qui arrivent ne sont pas spécialement entendues. Ô, il y a des cultures et des êtres qui ont cette attention là, mais ce n’est pas chose courante. Et si elles avaient besoin d’être un peu plus écoutées ? Car ce témoignage me montre que finalement, les âmes ont leurs états d’âmes si j’ose dire, elles ne sont pas dénuées de sentiments! Je fais même le pari que parfois, lorsque nous ressentons une émotion, il ne s’agit pas de la nôtre mais de celle d’un autre être (personne proche, inconscient collectif, âme décédée ou en cours d’incarnation…). Cela m’est arrivé plusieurs fois, mais c’est un sujet que j’évoquerai dans un autre article.

La naissance de l’âme vu par Disney : Soul

Si même Disney s’y met… !! Euh, ont-ils un message à faire passer par hasard ?

Je me suis vraiment délectée devant ce dessin animé qui comporte de nombreuses informations similaires à celles du livre décrit ci-dessus, et à quelques significations issues de la numérologie (“22”) reçues dans ma formation de pratique en épigénétique.

Alors, prévois-toi une séance film et peut-être auras-tu un éclair de lucidité sur ce que tu es venu.e faire dans ce bas monde ! Tu pourras aussi commencer à voir tes enfants autrement.

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

  • Valériane

    C’est dingue, cette phrase m’a marquée : “L’hygiène de vie que vos médecins demandent à une mère est, me semble t-il, bien trop souvent amputée d’une hygiène de l’âme”. J’ai aussi pris conscience de ne pas décider ce qu’on veut pour l’accouchement mais d’écouter les messages qui nous amènent à ce que le bébé veut vivre ! Waw merci pour ces informations magnifiques !

    • Bastienne

      Merci Valériane, oui en effet, je trouve que tu le résumes bien en disant d’écouter les messages qui nous amènent à ce que le bébé veut vivre ! et parfois, peut-être que ce sera de vivre sa naissance par césarienne j’imagine 🙂

    • Yohann

      Excellent article et j’ai beaucoups aimé la référence à Soûl que j’ai regardé il n’y a pas longtemps. Peut être une évolution positive et spirituelle de la conscience collective ?

  • Camille Burger

    C’est un point de vue passionnant, certaines phrases m’ont beaucoup touchées! Certaines ont vibrées avec mon propre vécu! Merci pour cet article et de nous faire découvrir ce livre!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.