Soin

Presque un miracle

Un mystère

Mon fils a 4 mois, il passe du dos sur le ventre, je me réjouis, bientôt, il marchera à 4 pattes ! J’ai hâte ! Je me rappelle que son frère a fait du 4 pattes vers 6-7mois.

Puis, les mois passent.

Vers 10 mois, il se met à ramper. A peine !

Ouahou ! il peut y avoir de telles différences entre les enfants !? bon, soit !

Il est donc un peu plus lent dans cet apprentissage. Par ailleurs, il a l’air de bien se développer.

Je ne m’inquiète pas trop.

Arrive Noël, on me dit qu’il y a des enfants qui ne passent pas par cette étape.

Oui, je le sais. Néanmoins, je sais que cela est important pour le développement du cerveau des petits, de plus, cette aptitude physique permet ensuite de faciliter les apprentissages intellectuels.

Il rampe, il ne cherche pas à se déplacer sur les fesses, donc à priori, il finira pas marcher à 4 pattes.

2 semaines plus tard, toujours rien.

Chercher plus loin

En pensant à mon petit bonhomme et sa patte droite qui traîne quand il rampe, je pense à une tante décédée à 11 ans, quand ma mère avait 3 ans. Elle avait été amputée d’une jambe suite à un ostéosarcome. Je me dis qu’il s’agit peut-être d’une mémoire, je tente de mettre cette mémoire de côté en imaginant une bulle pour que mon fils en soit épargné.

Rien ne se passe. Il sait se mettre sur les genoux, mais il n’avance pas, il ne cherche même pas à avancer d’ailleurs.

Je prends rendez-vous chez une biokinergiste.

Un léger blocage au bassin, mais rien de bien méchant, elle n’est pas inquiète.

Mon compagnon voit entre temps une connaissance ostéopathe qui lui dit que quand-même ça serait bien qu’il passe par cette étape, et qu’une séance d’ostéopathie pourrait lui faire du bien.

C’est ainsi que nous reprenons rdv environ 12 jours plus tard avec une ostéopathe cette fois.

Pareil, un autre petit blocage décoincé, mais elle n’est pas inquiète « ça viendra ».

Nous fêtons son 1er anniversaire.

Le fin mot de l’histoire : libération d’une âme de défunte

Une semaine plus tard, alors qu’il n’y a toujours aucun changement, j’ai ma sœur au téléphone. Elle me demande des nouvelles de mes enfants et je lui fais part de mon inquiétude quant au « 4 pattes » de Soham qui a du mal à venir ainsi que de l’intuition que j’ai eu 1 mois auparavant.

« Comment ça tu as eu une tante qui a vécu ça ? mais je n’étais pas au courant » me dit-elle.

En effet, ma sœur étant ma demi-sœur, j’ai certainement occulté certains pans de l’histoire du côté de ma mère. Comme elle est médium et passeuse d’âme, elle ressent tout de suite que cette histoire, c’est à elle de s’en charger. Nous prenons rendez-vous pour le lendemain.

Tata M. était en fait toujours parmi nous !
Cette petite-fille décédée il y a plus de 60 ans était encore là, avec sa poupée (invisible) !

Ma sœur fait le job. Je ressens une émotion de tristesse, celle de tata M.
Puis elle retrouve sa mère qui lui tend les bras. Bon, ça, c’est ce que perçoit ma sœur.

C’est très émouvant. Nous passons encore plus d’une heure au téléphone.

Le lendemain, je me réveille difficilement tellement mon sommeil a été lourd et profond cette nuit-là.

Soham va chez sa nounou.

Je me demande s’il va marcher à 4 pattes, mais je garde ce questionnement pour moi.

L’évènement tant attendu arrive

La première chose que m’annonce mon compagnon le soir en rentrant après être allé le chercher : « Soham a marché à 4 pattes ! ».

Je regarde le cahier de sa nounou sur lequel elle note chaque jour ce qu’il a fait, mangé etc. Et je vois écrit « joli 4 pattes ».

Je n’en reviens pas, je suis excitée comme une puce !! j’ai hâte de voir ça de mes propres yeux.

Et là, je le vois, il gambade aisément sur ses genoux dans notre pièce de vie !

bébé à 4 pattes
Soham marche à 4 pattes 🙂

Je suis tellement soulagée, heureuse et bluffée par ce que je vois et le parallèle avec le soin de la veille.

Je préviens aussitôt ma sœur qui n’en revient pas elle-même !

Alors parfois, cela vaut le coup d’aller reconnecter aux personnes défuntes de notre lignée pour les voir vraiment et les aider à partir vers d’autres cieux, au lieu qu’ils nous parasitent ici-bas.

Et l’effet bonus, c’est que mon sommeil en est pleinement amélioré depuis.

Cette histoire, pourtant bien personnelle, peut être une occasion pour toi d’aller chercher dans d’autres directions des solutions aux problèmes que tu rencontres avec ton enfant.

  • Ce que je te conseille en premier lieu, c’est de vérifier les causes physiologiques à un problème, auprès d’un médecin ou d’autres personnels habilités à détecter un souci à ce niveau.
  • Ensuite, tu peux établir un arbre généalogique dans lequel tu peux répertorier les évènements marquants de ta lignée : enfant mort-né, IVG, fausse-couche, morts par accidents… Selon l’âge de l’enfant, tu sentiras si cela te paraît adapté de lui en parler. L’idée n’est pas de lui faire peur en lui raconter des histoires douloureuses, mais plutôt de lui faire prendre conscience de son appartenance familiale et à sa lignée.
  • Toujours écouter ton intuition. Même si cela peut te paraître abracabrant, comme cette histoire, parfois, il vaut mieux écouter sa petite voix intérieure et son cœur, faire de belles découvertes et résolutions de problèmes.
  • Si cette histoire résonne chez toi par rapport à des liens d’âmes parasites, alors tu peux prendre rdv avec ma soeur sur son site.
Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.