Périnatalité

Podcast n°4, sans péridurale : Audrey témoigne

Cette série de podcasts entre dans le cadre de mon défi d’interviewer 21 femmes sur leur projet d’enfanter au plus près de la physiologie, que je m’étais fixé dans mon premier article de la rubrique Périnatalité. Je suis désolée pour le son de mon interviewée qui n’est pas au top vers la minute 10. Tu peux retrouver l’essentiel avec cet écrit.

Je t’invite à farfouiller dans cette rubrique (par exemple les articles sur les pleurs des bébés avec des approches originales, le placenta, l’ostéopathie, le watsu, LE régime alimentaire pour être en santé avec une belle silhouette enceinte, et d’autres à venir).

Rappel de ce qu’est la physiologie

Petit rappel comme à chaque début de podcast sur ce thème, l’accouchement physiologique ou « naturel » équivaut à l’intervention la plus minimale possible de la part du corps médical : par voie basse, sans péridurale ni épisiotomie ni instruments (forceps, ventouse).

Il correspond également au respect du rythme de la femme en train d’accoucher, donc ne pas interférer dans sa « bulle » en la ramenant à des questionnements pratico-pratiques.

Pour le corps médical, accouchement physiologique veut uniquement dire par voie basse, et n’exclue aucunement les autres options citées ci-dessus.

Si tu souhaites vivre un accouchement physiologique, tu seras sans doute intéressée par cet article qui te donnera les informations nécessaires pour persévérer dans ce choix. Il reprend les données du film documentaire de Nina Narre Faut Pas Pousser.

1er accouchement avec péridurale non satisfaisant

Audrey raconte avoir été la seule à désirer vivre un accouchement sans péridurale sur les 6 futures mamans qu’elles étaient aux cours de préparation à la naissance. Elle a reçu des cours de sophrologie dans sa maternité, qui par ailleurs proposait d’autres approches.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Lait maternel ou lait maternisé ?

Néanmoins, elle s’est rendue compte que la préparation était essentiellement axée sur un accouchement avec péridurale où les exercices servent jusqu’au moment du « soulagement » induit par l’anesthésie.

Au moment de son accouchement, elle souligne avoir eu beaucoup de touchers vaginaux.

Malgré son choix initial de refuser la péridurale, son manque d’information et de préparation pratique l’ont conduit à la demander. Elle n’a plus rien senti après, et l’a vécu de manière brutale en plus de se sentir passive.

2e accouchement sans péridurale : mieux préparée

bébé maternité

Pour cette deuxième naissance, elle s’est préparée en amont en se renseignant davantage. Tu trouveras dans le troisième paragraphe ce qui a constitué sa préparation et qui pourrait t’aider pour la tienne.

Même si son accouchement a démarré avec la pose d’un monitoring durant 45 minutes, elle a demandé à l’enlever pour pouvoir se mouvoir à son aise et se retrouver dans sa bulle.

Changer sa vision de l’accouchement permettrait de le vivre autrement.

On ne choisit pas de ne pas prendre la péridurale pour souffrir, on choisit juste de vivre les choses à fond. Même s’il faut être préparée et en avoir envie.

Je n’ai pas eu l’impression de souffrir pendant mon accouchement. J’ai accueilli chaque vague. C’est très intense, mais c’est ce que je recherchais : pouvoir vivre les choses. Je n’ai pas du tout accueilli la douleur de la même manière que lors de la première naissance.

Ce qui a aidé Audrey dans son parcours de parturiente

Audrey a pris les devants après son premier enfantement et a voulu être actrice pour cette seconde expérience.

  • Audrey a suivi 2 préparations via les formations en ligne de Quantik Mama, « la préparation virtuelle à la naissance » et « transcender la douleur ». Cela lui a permis de comprendre chaque étape de l’enfantement et de ne pas se sentir dépassée.
  • Elle a aussi eu 2 rendez-vous avec une sage-femme libérale pour l’aider sur quelques points de massage et avoir des informations d’ordre pratique.
  • Audrey a visionné un documentaire sur Netflix à propos des accouchements au Brésil qui l’a conforté dans son choix d’accouchement physiologique.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  12 peurs sur la grossesse, l'accouchement et l'arrivée de bébé

Je te souhaite que ce témoignage t’apporte des infos supplémentaires pour être dans un choix juste ! Tu es bienvenu.e pour partager l’article à une femme enceinte autour de toi 🙂

Si vous avez aimé l'article, que dites-vous de le partager ? ;)

3 commentaires

  • Cindy

    Très beau témoignage ! 🙂 Intéressant de proposer des cours de sophrologie, je n’y avais même pas pensé ! Il existe de nombreuses approches holistiques merveilleuses pour accompagner les femmes enceintes. Comme quoi, chaque expérience est différente 🙂

  • Sabine R

    Super témoignage, j’avoue j’aurais aimé avoir un accouchement plus serein mais le déclenchement à plus de 6 jours du terme était obligatoirement accompagné de la péridurale. Mon fils a été sortie à la ventouse avec en prime une jolie épisio pour moi et pour lui un plexus bracchial.
    J’aurais aimé avoir le choix.
    Très bel article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :